Connect
To Top

Procès de Laurent Gbagbo : la CPI veut des « preuves additionnelles »

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont décidé d’ajourner la décision de confirmation ou non des charges de crimes contre l’humanité contre l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, demandant au procureur de fournir des « preuves additionnelles ou de conduire des enquêtes supplémentaires » au plus tard le 15 novembre.

Laurent Gbagbo, ancien présidence de la République de Côte d’Ivoire, est incarcéré au centre de détention de la CPI, à La Haye (Pays-Bas) depuis son inculpation par la Cour pénale internationale pour quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité.

Selon une note de Caroline Maurel de la section de l’information de la Cour pénale internationale, la Chambre préliminaire I de la CPI a ajourné l’audience et demandé au Bureau du procureur de soumettre des preuves additionnelles ou de conduire des enquêtes supplémentaires sur un certain nombre de points.

« Les juges ont considéré, à la majorité, que les éléments présentés par le Procureur, ne permettent pas de décider s’il y a des motifs substantiels de croire que M. Gbagbo a commis les crimes qui lui sont reprochés », peut-on lire dans cette note. Lire la suite

Commentaires

comments

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

L'actualité française et internationale.

Copyright © Continental News